Accusés de vol d'oeuvres d'art, ils proposent de rendre leur butin

NETHERLANDS
ROMANIA

BUCAREST (Reuters) - Six Roumains accusés d'avoir dérobé des chefs d'oeuvre de Picasso, Monet ou encore Matisse ont proposé de rendre leur butin en échange d'un "accord" avec la justice, ont déclaré mardi leurs avocats à l'ouverture de leur procès à Bucarest.

Les toiles avaient été dérobées en octobre dernier au musée Kunsthal de Rotterdam. Le procès a été ajourné au 10 septembre pour des raisons de procédure.

Les prévenus ont démenti avoir mis le feu à ces tableaux, comme l'avait elle-même déclaré la mère du chef présumé du réseau avant de se rétracter.

"Nos clients nous ont informés que les tableaux n'avaient pas été brûlés et les documents que nous avons nous poussent à les croire", a déclaré l'avocate de la défense Maria Vasii, citée par l'agence de presse Agerpres.

"Nous avons une surprise pour les juges. Nos clients souhaitent révéler où se trouvent les peintures, mais ils veulent passer un accord. Nous ne sommes pas en mesure de donner plus de détails (pour le moment)," a déclaré un autre avocat des prévenus, Catalin Dancu.

Les oeuvres volées sont la "Tête d'Arlequin" de Pablo Picasso, "La liseuse en blanc et jaune" d'Henri Matisse, deux Claude Monet intitulés "Waterloo Bridge" et "Charing Cross Bridge" à Londres, "Femme devant une fenêtre ouverte" de Paul Gauguin, un "Autoportrait" du maître néerlandais Meyer de Haan et "Woman with Eyes Closed" (Femme aux yeux clos) de Lucian Freud.