"Ganymède", une pièce unique du musée paléochrétien de Carthage a été volée vendredi soir

TUNISIA

“Ganymède”, une pièce unique et d’une valeur inestimable du 5ème siècle a été volée vendredi soir du musée paléochrétien de Carthage, a déclaré à la TAP Adnane Louhichi, directeur général de l’Institut national du patrimoine (INP) à Tunis.

A la recherche de la statuette perdue…

Le vol par effraction, a-t-il expliqué, s’est déroulé dans la nuit du vendredi 8 novembre, précisant que trois gardiens se relaient du matin au soir pour assurer la surveillance du musée.

Aussitôt avertie samedi matin, la police technique est intervenue et a ouvert une enquête. La police des frontières, la douane, les aéroports tunisiens et l’Interpol ont aussi été mis en état d’alerte.

Haute de 49 cm, la statuette en marbre blanc représente Ganymède, en compagnie d’un aigle.

Le mythe de Ganymède

Dans la mythologie grecque, Ganymède, fils du roi de Troie et réputé pour être "le plus beau de tous les Mortels" (d’après Homère, dans l’Iliade), devint l'amant de Zeus (ou Jupiter dans la mythologie romaine) et l'échanson des dieux, chargé de leur servir leur divin nectar.

L’histoire raconte qu’un jour, alors que le jeune homme chassait sur le mont Ida, l’aigle de Jupiter (ou Jupiter lui-même transformé en aigle, selon les versions) l’enleva pour l’emmener sur l’Olympe, le rendant ainsi immortel.

Il serait depuis réprésenté par la constellation du verseau, et le nom de Ganymède a été donné à un des quatre satellites galiléens de Jupiter, découvert en 1610 par Galilée et l'astronome allemand Simon Marius.